Tag Archives: Théâtre de l’Epée de Bois

L’AVARE

Découvrez l’avare dans un thriller moderne détonnant ! Dans cette version de l’Avare, Harpagon est le chef du plus grand réseau de banditisme de Paris. Un burnout provoqué par le décès de sa femme qu’il aimait tendrement l’a poussé à se réfugier dans les affaires sombres, ne trouvant plus de jouissance que dans l’appât du gain. Victime de trahisons et d’hypocrisie, il n’a plus aucune attache pour l’être humain et inflige désormais tout le mal qu’il peut, souvent même sans s’en rendre compte.

Cependant, sa noirceur est nourrie par une envie : subvenir au besoin de ses enfants malgré son absence d’implication réelle dans la réalisation de leur véritable bien-être. Mais la solitude guette celui qui ne s’inquiète véritablement que de son propre sort. Peu à peu, sa maison, ses enfants, ses hommes de main se retournent contre lui. Parrain incontesté et craint de la mafia parisienne, saura-t-il faire face à ces trahisons et ses fautes ?

Durée : 1h30

Représentations :
Du 23 mai au 2 juin 2019
Du jeudi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h

Tout public 

Plus d’informations

Auteur Molière

Mise en Scène Tigran Mekhitarian

Avec Tigran Mekhitarian, Théo Mussy, Samuel Yagoubi, Étienne Paliniewicz, Théo Askolovitch, Julia Cash, Isabelle Andrzejewski, Alexiane Torres, Souleyman Rkiba, Arthur Gomez, Sébastien Gorski

 

Commentaires fermés sur L’AVARE

Filed under

LA FIANCEE DU VENT

La Fiancée du vent c’est Raphaël Toriel, un auteur d’origine libanaise qui vit à Annecy et qui a écrit pour le Théâtre l’histoire de Leonora Carrington, jeune anglaise, peintre et écrivaine et Max Ernst, allemand, grand peintre surréaliste. La fiancée du vent c’est trois années (1938 à 1940) de bonheur, de passion et de créations intenses interrompues par l’incarcération en deux temps de Max Ernst, antinazi et pacifiste. Leonora ne supportera pas leur deuxième séparation en mai 1940 et sombrera dans la folie.

Cette pièce retrace leur amour, passion et destruction mais aussi le contexte de cette 2e guerre, le camp des Milles dans le sud de la France pour Max Ernst et l’Hôpital psychiatrique à Madrid pour Leonora Carrington. Ainsi que l’arrivée de cet immense courant artistique : le Surréalisme.

Durée : 1h15

Représentations :
Du 20 mai au 1er juin 2019
Du lundi au samedi à 20h30, samedi à 16h

Plus d’informations

Auteur Raphaël Toriel

Mise en Scène Sophie Belissent

Avec Rémi Pous et Julie Manautines

Chorégraphie Elisabeth Bardin

Musique Arnaud Poinin

Créations Lumières et Vidéos Mathieu Courtaillier

Création sonore Clément Pradillon

Costumes Nathalie Alexiade

Scénographie Morgan Politano

Production Compagnie Le Temps Présent

 

Commentaires fermés sur LA FIANCEE DU VENT

Filed under

LE FAVORI

Un Favori qui veut être aimé pour lui-même, une Libertine à la poursuite de plaisirs et de divertissements, un Prince réfugié cynique et ambitieux, une Princesse héroïque en révolte contre son monarque, un Roi habile dans l’art de la feinte et les ficelles de la politique-spectacle…

Amour et honneur, fidélité et perfidie, trahison et jalousie sont les ingrédients de cette tragi-comédie parodique sur les caméléons du pouvoir, écrite par Madame de Villedieu, et montée avec succès par Molière et sa troupe devant Louis XIV en 1665.

A l’occasion de sa première reprise en France depuis 350 ans, nouveau prologue, travestissements, intermèdes chorégraphiés au son des sonates et cantates des compositrices baroques de l’époque rythment cette pièce audacieuse qui mérite enfin son titre de grand Classique.

Composée l’année de l’inauguration de Versailles, Le Favori fait directement allusion à la disgrâce de Fouquet, qui consacre la naissance de la monarchie absolue. Faisant de la Cour une cage dorée, Louis XIV y enferme et contrôle ses courtisans. La pièce de Madame de Villedieu dénonce ainsi les enjeux pervers de la politique-spectacle, et peint avec audace et fantaisie les mutations d’une société du paraître, de plus en plus guidée par l’intérêt personnel, la jouissance et le profit.

Durée : 2h

Représentations :
Du 09 au 19 mai 2019
Du jeudi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h

À partir de 14 ans

Plus d’informations

 

Auteur Madame De Villedieu – Prologue d’Aurore Evain

Mise en Scène Aurore Evain

Comédiens Marion Casabianca en alternance avec Nathalie Bourg, Anne Cosmao, Isabelle Gomez, Benjamin Haddad Zeitoun, Matila Malliarakis, Julie Menard, Marine Segalen 

Chant et Musique (Les Mouvements de l’âme) Amal Allaoui (direction musicale et chant), Marie Langlet (théorbe), et en alternance Nicolas Desprez (clavecin), Isabelle Schmitt (viole de gambe)

Scénographie Delphine Brouard

Chorégraphie Cyrielle Caron

Costumes Axel Boursier, Magali Segouin, Roxanne Marquant

Créations Lumières Florian Gayrel

Régie Lumières Manuel Leroueil

Commentaires fermés sur LE FAVORI

Filed under

ET POURTANT C’EST LA VEILLE DE L’AURORE

Inspiré de la vie et de l’expérience, de Satprem ( né le 30 octobre 1923 à Paris, disparu le 9 avril 2007 à Kotagiri, Inde) , ce spectacle nous emporte vers le destin incroyable de cet aventurier de la conscience, cet insoumis inclassable. À son adolescence cet être hors norme découvre Rimbaud. La poésie de celui-ci le marque de manière indélébile. Suite à « cet écroulement humain »- c’est ainsi qu’il nomme son expérience dans les camps de concentration-, Satprem traversera le monde habité par une quête incessante, entêtante, vissé au corps. En 1946 au cour de son premier voyage en Inde, il trouvera dans le regard de Sri Aurobindo puis auprès de Mira Alfassa le sens de sa vie qu’il croyait perdu. Ce spectacle est tissé dans la poésie de Rimbaud, de Baudelaire et de Sri Aurobindo. Les deux poètes français, assoiffés de liberté, parfois étranglés dans leurs désirs d’absolu, trouvent une résonance étrange chez ce poète indien, ce yogi accompli qu’est Sri Aurobindo. Satprem nous conduit par la main de cet Occident où la lumière se couche vers cet Orient où la lumière se lève. Il nous emmène vers ce projet, cette expérience ultime qui fût le coeur du yoga de Sri Aurobindo: faire émerger un homme nouveau

Durée : 1h05

Représentations :
Du 06 au 18 mai 2019
Du lundi au samedi à 20h30, samedi à 16h

Tout public

Plus d’informations

 

Auteur Sri Aurobindo, Satprem, Baudelaire et Rimbaud

Mise en Scène Jean-Paul Sermadiras et Olivier Ythier

Assistante à la mise en scène Lola Altman

Avec Jean-Paul Sermadiras et Olivier Ythier

Chant Salmi Elahi Shirazi

Collaboration artistique Thierry Gibault et Cristof Pitoëff

Scénographie Jean-Luc Chanonat et Jean-Paul Sermadiras

Création Lumière Jean-Luc Chanonat

Composition et création sonore Pascale Salkin

Costumes Cidalia Da Costa

Création vidéo Yatra Srinivassan

 

Commentaires fermés sur ET POURTANT C’EST LA VEILLE DE L’AURORE

Filed under

L’ACCUSÉE LOUISE MICHEL

Jouant les avocats du diable, nous faisons un procès de la militante Louise Michel, afin de mieux comprendre son héritage où se mêlent la lutte et l’utopie.

Jour après jour se forgent nos consciences, car nous devons ériger de nouveaux piliers sur lesquels construire le lendemain.

Aux côtés d’autres femmes et d’hommes, Louise Michel a voulu former notre république. Pour mieux la comprendre, nous avons choisi de remémorer ses écrits et ses nombreux procès, à la façon d’enfants joueurs. Elle répond avec la franchise, la conviction et la joie du moment sans pour autant négliger les erreurs toujours possibles dans le feu de l’action. Elle nous sert de modèle, car elle s’est vouée au bien-être de notre pays, celui que nous aimons, celui qui n’oublie pas le sang versé par les citoyens qui ont pris la Bastille et fait la Révolution qui éclaira le monde en 1789. Elle nous rappelle que nous ne devons pas laisser récupérer la République par ceux qui massacrèrent le peuple de Paris en 1871.

L’accusée Louise Michel répondra donc aux questions que chacun souhaiterait lui poser. Ses réponses nous aideront à former pour nous-mêmes d’abord, puis avec nos concitoyens, ce monde toujours rêvé, dont l’idéal s’écrit « Liberté – Egalité – Fraternité ».

Victor Hugo – poème sur Louise Michel (1871)

VIRO MAJOR (extrait)

Ayant vu le massacre immense, le combat
Le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,
La pitié formidable était dans tes paroles.
Tu faisais ce que font les grandes âmes folles
Et, lasse de lutter, de rêver de souffrir,
Tu disais : « j’ai tué !  » car tu voulais mourir….

Durée : 1h30

Représentations :
Du 7 au 23 février – Prolongations les 28 avril, 27 mai et 1er juillet

Le dimanche 28 avril à 16h30 et les lundis 27 mai et 1er juillet à 20h30

Ce spectacle est programmé dans le cycle « TROIS ÉPÉES POUR LA COMMUNE« 
Tarif proposé pour les trois spectacles, L’Année Terrible, L’Accusée Louise Michel et les Écrits contre la Commune  : 30 €  – Réservations pour le triptyque au 01 48 08 39 74 de 14h à 19h, du lundi au vendredi

Plus d’informations et réservations 

Auteur Antonio Diaz-Florian
Inspiré des écrits de Louise Michel
Mise en scène Antonio Diaz-Florian
Avec Troupe de l’Épée de Bois.
Scénographie David Léon
Costumes Abel Alba
Lumières Quique Peña
Production Théâtre de l’Épée de Bois

 

Commentaires fermés sur L’ACCUSÉE LOUISE MICHEL

Filed under

LES CATHÉDRALES

Programme Avec des extraits des magnifiques Sonates et Partitas pour violon seul de Jean-Sébastien Bach. Avec des textes splendides et émouvants d’Auguste Rodin sur l’art, sa place dans l’univers humain, son rôle dans notre vie et sa nécessité pour le bonheur de notre existence.

La grandeur de la musique de Bach et l’ampleur de l’idéal artistique de Rodin se rencontrent. La pensée de ces deux génies jaillit de la même source et je suis persuadé qu’aujourd’hui, plus qu’hier peut-être, il est indispensable d’écouter leur voix nous exprimer ce que nous avons tendance à méconnaître, et parfois même à ignorer. Une grande leçon de beauté et de bonheur.

« Aimons! Admirons!
Faisons qu’autour de nous, on aime et on admire. »
Auguste RODIN

« Faire la musique… Combien j’aimerais que tous ressentent les belles émotions qu’elle porte en elle. L’importance des sentiments dans la vie de chacun est si grande, si vitale. Justement exprimées, il me semble que tout être humain, digne de ce nom, est à même de les éprouver. Qui mieux que la musique peut faire vibrer les coeurs? S’ils en ont envie, nul besoin de s’y connaître, il suffit de se laisser porter. Artiste, ta raison d’être ne se justifie que par ta capacité à faire aimer.  » Patrice FONTANAROSA

(…) c’est à travers l’écriture de ce « sculpteur-peintre  » que le musicien peut nous raconter son amour de l’art, du travail et de la vérité. Il peut nous dire : « Cherchez la beauté ! Soyez vrais ! L’art est une magnifique leçon de sincérité !  » (…) Muriel MAYETTE, directrice de la Comédie Française (2006 à 2014)

Durée : 1h15

Représentation :
Représentation exceptionnelle le samedi 20 avril à 16h

Plus d’informations

Musique Sonates et Partitas (extraits) Jean-Sébastien Bach

Texte « Les Cathédrales de France » (extraits) Auguste Rodin

Musique (Violon) Patrice Fontanarosa

Avec Odile Michel et Patrick Olivier

Lumières Michel Baumann

Commentaires fermés sur LES CATHÉDRALES

Filed under

LA PETITE FILLE DE MONSIEUR LINH

M. Linh a fui son pays ravagé par la guerre. Le voilà, au terme d’une traversée éprouvante, qui débarque dans un port occidental, une modeste «valise de cuir bouilli» posée à ses pieds, et sa petite fille blottie dans ses bras : Sang diû. Un prénom qui signifie «matin doux». Mais c’est un froid glacial qui accueille l’exilé et la petite. Il faudra l’homme au banc et sa voix grave pour que la vie de M. Linh reprenne du sens. Entre les deux hommes, une étrange amitié se noue. L’un parle, l’autre écoute. Ils se comprennent, non avec les mots mais avec le cœur. Et un rien déchire la grisaille … jusqu’à ce que …

Une histoire d’exil, d’amitié et de folie, adaptée du roman de Philippe Claudel, l’auteur des « Âmes Grises », le réalisateur de « Il y a longtemps que je t’aime ».

Un spectacle, empli d’humanité, joué près de 250 fois.

Durée  1h15

Représentations
Du 15 au 20 avril 2019
Du lundi au samedi à 20h30, le samedi à 16h

Plus d’informations

 

Auteur Philippe Claudel

Adaptation et Mise en scène Sylvie Dorliat, Célia Nogues

Avec Sylvie Dorliat

Lumières David Dubost

Visuel Hama

Commentaires fermés sur LA PETITE FILLE DE MONSIEUR LINH

Filed under

NUMÉROS D’ÉCROUS

« Le temps viendra, dans un avenir lointain, où les prisons et les asiles n’auront plus de raison d’être »
A.Tchekhov, Salle n°6
L’histoire vraie d’un atelier-théâtre mixte en prison, des femmes et des hommes. L’avancée, les progrès, les pages qu’ils tournent, des départs, des arrivées, la vie quotidienne carcérale. Les conflits, les peurs, l’injustice, l’incroyable liberté, la légèreté, l’humour irrésistible. L’absurdité comique et désespérante de l’enfermement.
Depuis une dizaine d’années Valérie Durin tente de conjuguer théâtre et prison. Au début, seuls les hommes du centre de détention participent à l’atelier. Au bout de la sixième année, les femmes les rejoignent. L’aventure prend une autre dimension, la mixité fait éclater les cadres mis en place. Il ne s’agit plus seulement de briser les spirales d’échec, de réveiller les esprits, de dépasser les mésestimes ou le désespoir, mais de vivre et d’aimer. Ensemble ils osent éclater de rire, parler d’amour, de l’abandon, des regrets. Avec pudeur et sincérité.
En pratiquant le théâtre, ces femmes et ces hommes s’exposent au regard de l’autre, de tous les autres. De séance en séance, entre les murs de la prison, ils réinventent la vie, la faisant jaillir à nouveau, plus forte, plus dangereuse peut-être…
Ce projet s’est imposé comme une nécessité pour Valérie Durin. « En détention, je découvre l’inverse de ce que j’imaginais : un milieu toujours en mouvement et en instabilité, là où j’attendais l’immobilité et l’attente. Des personnes calmes, souriantes, patientes, ennuyeuses ou ennuyées, là où je prévoyais l’agressivité. Des gens en soif de savoir, de comprendre, de connaître, avec l’urgence de partager, de débattre là où je pensais ne trouver que résignation, obscurité et repli sur soi. »
Ecrire pour le théâtre, Valérie Durin le fait depuis 20 ans souvent pour deux, trois ou quatre comédiens au maximum. Contraintes économiques obligent. Pour transmettre cette formidable énergie, cette urgence de vie, elle s’entoure de quinze comédiens amateurs, pour lesquels elle imagine un rôle sur mesure, au plus près de la réalité qu’elle a connue. Le texte est écrit pour être dit par ces personnes en particulier. Les comédiens libres vont incarner les comédiens emprisonnés.
Chaque personnage est une construction. S’engager dans cette aventure théâtrale inédite, c’est aussi pour ces quinze comédiens amateurs, accepter d’affronter de nouveaux défis, travailler avec un auteur vivant sur un texte en mouvement, adopter son personnage, s’adapter à une autre façon de partager le théâtre.

 

Durée : 1h40

Représentation :
Représentation exceptionnelle le samedi 13 avril à 16h

Plus d’informations

Auteur Valérie Durin

Mise en scène Valérie Durin

Avec Vincent Dano,Clotilde Vuillemin, Nadia Latreche, Marie-Bé Vullien, Olivier Bourgeois, Agnès Erzetic,

Didier Debreuve, Sandrine Boirel, Guillaume Marcel, Claudine Créac’h, Alexandre Riccitelli,

Stéphane Millot, Pascal Albert-Munoz, Brigitte Sapin, Frédéric Doly

Graphisme Alain Creac’h & Peterbut

Lumière et son Pablo Roy

Commentaires fermés sur NUMÉROS D’ÉCROUS

Filed under

ELISABETH BAM

Est-ce bien une pièce de théâtre ? Avec « Elisabeth Bam », on n’est sûr de rien.
Alors pourquoi « Elisabeth Bam » ?
Parce que, comme la rose, elle est sans pourquoi.

Durée  1h

Représentations
Du 1er au 13 avril 2019
Du lundi au samedi à 20h30, le samedi à 16h

Plus d’informations

 

Auteur Daniil Harms

Adaptation et Mise en scène Claude Merlin

Avec Camille Thomas, Marc Buard, Basile – Bernard De Bodt, Bielka,
Guy Cambreleng et Jacques Alwright

 

Avec le soutien du Théâtre Berthelot et la ville de Montreuil , de La Parole Errante.

En coproduction avec Théâtre A Toi Pour Toujours et Le Champ les Arts Vivants et en producteur délégué Selectron Libre

Commentaires fermés sur ELISABETH BAM

Filed under

L’ANNÉE TERRIBLE – Courts extraits

Lorsqu’ autour de nous tout devient confus et que le pouvoir met les citoyens aux abois, nous faisons appel au Poète qui a vécu l’année terrible (1870-1871) où l’on a bradé notre pays au puissant envahisseur en même temps que l’on massacrait nos frères de la Commune.

Durée : 1h15

Représentations :
Prolongations du 13 janvier 2019 au 28 avril 2019
Ce spectacle a été programmé du 9 septembre 2018 au 21 octobre 2018, puis prolongé jusqu’au 16 décembre 2018

Plus d’informations et réservations

Auteur Victor Hugo
Adaptation et interprétation Antonio Diaz Florian
Production Théâtre de l’Épée de Bois

 

Commentaires fermés sur L’ANNÉE TERRIBLE – Courts extraits

Filed under